Entrez votre recherche

video-img
Entreprise

L’inscription auto-entrepreneur : les étapes à suivre

Avatar
Partager
img

L’auto-entrepreneuriat représente une étape cruciale dans le cadre de la création d’entreprise. Ce statut se démarque surtout par la simplicité des démarches administratives et des opérations comptables. Ainsi, si vous avez prévu de vous lancer dans une activité professionnelle seul, la micro-entreprise se révèle être la meilleure solution. Zoom sur le statut d’auto-entrepreneur et sur les démarches d’inscription pour y accéder.

L’inscription auto-entrepreneur : quelles démarches ?

Devenir auto-entrepreneur, c’est bénéficier d’un régime fiscal et social favorable. En effet, il permet de se lancer ou de tester de nombreuses activités. Les démarches d’inscriptions simplifiées suscitent l’intérêt des entrepreneurs qui peuvent se concentrer de manière optimale sur leur métier.

Ainsi, le statut d’auto-entrepreneur concerne les activités réglementées et notamment les professionnels du bâtiment, les électriciens… Des sites tels que auto-entrepreneur.pro renseignent sur les démarches à suivre pour l’inscription en tant qu’auto-entreprise.

Mieux encore, la plateforme permet de créer son auto-entreprise en ligne. Il suffit de compléter un formulaire en 5 minutes. Le dossier sera traité et vérifié en 24 h et l’auto-entreprise sera créée. De nombreux auto entrepreneurs œuvrent aussi dans les domaines administratifs et juridiques.

Cela concerne entre autres les métiers de médiateur pénal, de chargé d’enquête, de conseiller financier, d’expert judiciaire, d’expert près les tribunaux ainsi que de documentaliste. L’huissier de justice ou encore le conseiller qualité comptable peuvent accéder au statut d’auto-entrepreneur.

auto-entrepreneur auto-entreprise

À noter que le statut d’auto-entrepreneur concerne également les métiers dans les domaines de la communication et des médias, des arts graphiques et de la création artistique, de l’agroalimentaire. Les auto-entrepreneurs dans la formation initiale et continue exercent les métiers d’éducateurs, de formateurs, de professeurs, d’exploitants d’auto-écoles, de professeurs de yoga. Sinon, l’analyste, l’administrateur de bases de données ou encore le business analyste peuvent très bien s’inscrire en tant qu’auto-entrepreneurs.

La déclaration d’auto-entrepreneur : quelles sont les formalités ?

Pour tout auto-entrepreneur, la déclaration dûment remplie doit être transmise au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) compétent. Aussi, si vous vous lancez dans une activité commerciale, vous devez transmettre votre déclaration d’auto-entrepreneur à la Chambre de commerce et d’industrie (CCI).

Sinon, la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) s’impose dans le cas d’une activité artisanale et/ou commerciale. En outre, l’URSSAF s’avère compétente pour recevoir la déclaration en vue de démarrer une activité libérale.

Rappelons que pour chaque déclaration, l’entrepreneur se doit de fournir une copie de sa pièce d’identité. Il faudra y mentionner « Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative… Fait à…, le … ». Une fois la déclaration enregistrée, le CFE vous transmet votre numéro de Siret, votre code APE, une notification portant sur le régime d’imposition et de TVA.

L’auto-entrepreneur prendra aussi connaissance des coordonnées de ses interlocuteurs fiscaux. Il pourra aussi prendre contact avec les correspondants qui fournissent des informations relatives aux exonérations et aux allègements fiscaux.

En outre, une immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés s’impose pour ceux qui exercent une activité commerciale, industrielle ou artisanale. Introduite en 2015, cette démarche débouche sur l’obtention du KBIS auto-entrepreneur. De plus, un stage préalable à l’installation (SPI) s’avère tout indiqué pour mieux appréhender une activité artisanale.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *